WWW.REFERATCENTRAL.ORG.UA - Я ТУТ НАВЧАЮСЬ

... відкритий, безкоштовний архів рефератів, курсових, дипломних робіт

ГоловнаІноземна мова - Англійська, Німецька та інші → Grippe - Реферат

Grippe - Реферат

Реферат на тему:

GRIPPE

Souche de l'agent responsable de la pandmie de 1968 : grippe de 1968 (" grippe de Hong Kong "). Les projections extrieures de la surface contiennent les rcepteurs par lesquels le virus s'attache aux cellules pithliales du tractus respiratoire

Souche de l'agent responsable de la pandmie de 1968 : grippe de 1968 (" grippe de Hong Kong "). Les projections extrieures de la surface contiennent les rcepteurs par lesquels le virus s'attache aux cellules pithliales du tractus respiratoire

La grippe est une maladie virale provoque par Myxovirus influenza, un virus ARN, agent infectieux naturel de l'homme et de nombreux animaux tels que le porc, le cheval, et de nombreux oiseaux.

Il s'agit d'une maladie qui se manifeste souvent par temps froid. Deux explications sont avances [1] :

  • l'air froid, en pntrant dans les voies ariennes, inhiberait les dfenses immunitaires et favoriserait les infections transmises par l'air (arosol des ternuements) ;

  • la promiscuit due nos comportements en hiver (dans les transports en commun, dans des restaurants...) qui favorise la transmission du virus.

Contrairement aux ides reues (colportes par les expressions " coup de froid ", " attraper froid "), la manire dont on se couvre et la sensation de froid ressentie n'ont donc pas d'influence sur le dclenchement de la maladie.

Histoire

La maladie (humaine et aviaire) semble exister depuis plus de 2000 ans au moins et avoir t dcrite par Hippocrate en 412 avant J.C.. Avant que Livy dans la Rome antique ne dcrive des pidmies brutales qui semblent rtrospectivement pouvoir tre attribues la grippe. La premire description systmatique des pidmies est faite par le Britannique Thophilius Thompson (1852, dans un livre sur les pidmies en Grande Bretagne de 1510 1837).

La grippe a t confondue avec une maladie bactrienne jusqu'en 1933 o le premier virus humain de la grippe a t isol, ce qui a permis de produire un premier essai de vaccin en 1940. Les mdecins ont rapidement repr que les pidmies se produisent de novembre avril dans l'hmisphre nord et d'avril octobre dans l'hmisphre sud, ce qu'on a d'abord expliqu par la conjonction des plantes. Certains avaient en effet not des concidences qu'ils ont jug troublantes entre les dates de dbut d'pidmie et certains vnements astronomiques (taches solaires, flux de protons, position de Vnus..) ; bien avant l'invention de la science-fiction, on a imagin des microbes venus du ciel ou de l'espace (de Vnus...) Puis plus srieusement c'est l'influence des modifications mtorologiques et du froid qui a t jug le facteur dclenchant.

Parfois la grippe prend une extension continentale ou mondiale. On parle alors de pandmie. On ne sait pas s'il y a eu dans le pass une pandmie aussi mondiale et mortelle chez les humains qu'en 1918. Les pandmies sont parfois classes parmi les maladies mergentes induites par des virus mutants, et certains se posent aussi la question de l'impact des UV (mutagnes ?), de la radioactivit (facteur mutagne ?), des biocides, des dsinfectants, de l'appauvrissement gntique des populations d'oiseaux, de l'impact ventuel d'autres polluants mutagnes, ou d'aspects nosocomiaux lis aux vaccins, aux hospitalisations et aux maisons de retraite. Ces questions restent ouvertes.

Le mot " influenza " a t utilis pour la premire fois en Angleterre au XVIIIe sicle lors de l'pidmie de 1743, pour qualifier la grippe. Il semble provenir de l'expression italienne " influenza di freddo " (influence du froid). Il rappelle le caractre saisonnier de la maladie, qui laisse supposer l'influence de l'environnement extrieur sur l'homme. Le virus est rput mieux survivre l'extrieur de l'organisme par temps sec et froid, raison pour laquelle les pidmies saisonnires surviennent en hiver dans les climats temprs. Nanmoins les pandmies se sont montres actives sur toute la plante, et le virus aviaire H5N1 semble adapt (variants ?) aux zones tropicales, tempres et froides (Sibrie). Le nom franais grippe aurait lui une origine gothique (Grippen) signifiant " saisir brusquement ". Autrement dit : On n'attrape pas la grippe, c'est elle qui nous " agrippe ". La grippe tait aussi nomme folette en 1733.

La grippe existe aussi chez d'autres mammifres que l'homme, terrestres et marins. Mais c'est chez l'oiseau qu'elle est la plus frquente.

Chez l'animal on l'appellera longtemps " peste aviaire ", " grippe aviaire " ou " grippe du poulet ". Au symposium de Beltsville (1981), on dcide de ne plus parler de " peste du poulet " mais " d'influenza hautement pathogne ".

Virologie

Les virus de la grippe appartiennent au genre Influenza et sont les uniques reprsentants de la famille des Orthomyxoviridae. Ce sont des virus envelopps dont le gnome segment est constitu d'ARN simple brin de polarit ngative. Il existe trois types de virus grippaux rpartis en deux genres : le genre influenzavirus A, B qui comporte les types A et B et le genre influenzavirus C qui contient le type C. Le gnome des virus A et B est constitu de huit segments d'ARN alors que celui du virus C n'en comporte que sept

Structure de la particule virale

La particule virale est constitue d'une enveloppe lipidique hrisse de spicules formes par les glycoprotines de surface. Les virus A et B ont deux glycoprotines de surface, l'hmagglutinine (H) et la neuraminidase (N).

L'hmagglutinine, qui reprsente environ 40% des glycoprotines de surface, est forme par l'association de deux sous units, HA1 et HA2, relies par un pont disulfure. L'association de trois monomres HA forme une spicule d'hmagglutinine la surface de la particule virale. L'hmagglutinine permet la fixation du virus sur l'acide sialique terminal des cellules de l'pithlium cili de l'arbre respiratoire. Elle est trs immunogne induisant la production d'anticorps dont certains peuvent tre neutralisants.

L'autre glycoprotine d'enveloppe, la neuraminidase (ou N-acetyl-neuraminyl-hydrolase), est une sialidase prsente sous la forme d'homottramres la surface de la particule virale. Sa fonction reste mal connue : elle permettrait la libration de virions noforms, serait implique dans la progression du virus dans les voies respiratoires et favoriserait la fusion des membranes virales et cellulaires au cours de la phase de pntration du virus.

Dans le cas du virus de type C, il n'y a qu'une sorte de spicule la surface de la particule virale qui assure les fonctions la fois de l'hmagglutinine et de la neuraminidase.

En plus des glycoprotines de surface, l'enveloppe virale est constitue de deux autres protines virales : la protine de matrice, M1, qui sous-tend l'ensemble de l'enveloppe virale et la protine M2 qui joue le rle de canal ionique pour les virus de type A. Pour les virus de sous-type B, une protine de surface NB s'insre dans la bicouche lipidique et assurerait des fonctions quivalentes celles de la protine M2 des virus de type A. Enfin, une protine CM2 serait l'homologue pour les virus de type C.

l'intrieur de la particule virale, le gnome viral est prsent sous la forme de sept ou huit nuclocapsides de symtrie hlicodale qui rsultent chacune de l'association d'une molcule d'ARN et de nombreuses molcules de nucloprotine, NP. Cette protine fait partie des antignes internes du virus : elle dtermine le type viral A, B ou C. Trois polymrases, PA (protine acide), PB1 et PB2 (protine basique 1 et 2, respectivement), forment le complexe rplicase/transcriptase et sont associes aux nuclocapsides.

Classification et nomenclature

La classification des virus grippaux ne s'applique qu'aux virus de type A dont certains sont hautement pathognes pour l'homme. Elle s'appuie sur les proprits antigniques de l'hmagglutinine et de la neuraminidase : il existe 16 sous-types H et 9 sous-types N pouvant donner 16X9 combinaisons possibles. Chez l'homme on retrouve des virus H1, H2, H3 et N1 ou N2 responsables de la grippe annuelle. Tous les sous types existent dans le monde aviaire avec des virus ayant une pathognicit trs variable pour les oiseaux. Actuellement un virus hautement pathogne H5N1 (avec une hmagglutinine de sous-type H5 et une neuraminidase de sous-type N1) se propage sous la forme d'une panzootie d'influenza aviaire et se transmet de manire trs rare l'homme; on parle alors de grippe aviaire. D'autres souches (H5 ou H7) sont transmissibles l'homme sans toutefois entrainer le mme pouvoir pathogne. D'autres souches atteignent d'autres espces de mammifres tels que les chevaux, le porc etc... La nomenclature des virus grippaux est la suivante : type/ lieu d'isolement de la souche virale/ numro de la souche/anne d'isolement (sous-type). Pour le virus de la grippe aviaire, le terme " H5N1 " est trs rducteur. En effet, actuellement, diffrentes souches virales circulent avec des pouvoirs pathognes trs variables : par exemple, les souches A/chicken/Shantou/423/2003(H5N1) ou A/bar-headed goose/Qinghai/5/2005(H5N1).

Loading...

 
 

Цікаве